Atelier ‘Muséographie comparée: l’exemple des arts asiatiques’

27 Septembre, Musée de l’Homme, Claude Lévi-Strauss salle.

Programme

9.00 Inscription
9.30 Accueil et introduction au projet et aux thèmes de l’atelier (André Delpuech, Sandra Kemp, Hervé Inglebert)
10.00 ‘Contexte: Le Trocadéro’ (Christiane Demeulenaere-Douyère, Archives Nationales)
10.30 ‘Le musée des Religions d’Emile Guimet (1878-1918) : une collection d’idées (Pierre Baptiste, Musée Guimet)
11.00 Thé / Café
Table ronde: Histoires de musées d’arts asiatiques, leurs collections et leurs expositions: cas d’études britanniques (présidé par Kate Hill)
11.15 ‘Quelle est la définition de l’ethnographie asiatique?’ (Claire Wintle, University of Brighton)
11.45 ‘Images de l’Inde: Stratégies de collection et réponses des visiteurs au musée de la Compagnie des Indes orientales au début des années 1800’ (Arthur MacGregor, Ashmolean)
12.15 ‘La présentation de l’Inde à l’Exposition de Paris : perspectives de critiques et de conservateurs depuis 1878’ (Sandra Kemp, V&A and Imperial College London)
12.45 Résumé et discussion en table ronde, en lien avec les thèmes plus vastes du projet avec 10 minutes sur les musées universels, présidé par Kate Hill, University of Lincoln)
13.15 Déjeuner
14.30 Visite de la galerie et des bâtiments des 1878 du Trocadéro
15.30 Thé / café (Claude Lévi-Strauss salle)
Table ronde: Histoires de musées d’arts asiatiques, leurs collections et leurs expositions: cas d’études français (présidé par André Delpuech)
15.45 ‘L’improbable devenir des collections chinoises de la Mission de Chine (1843-1846)’ (Christiane Demeulenaere-Douyère, Archives Nationales)
16.15 ‘Angkor au musée: le destin paradoxal d’une collection d’art asiatique (Thierry Zephir, Musée Guimet)’
16.45 Résumé et table ronde présidée par André Delpuech (Musée de l’Homme) commençant par une intervention de 10 minutes par André Delpuech sur “La galerie ethnographique du Musée de l’Armée (1877-1917)”
17.15 Remarques de clôture  (Hervé Inglebert, Université de Paris Ouest Nanterre)
17.45 Fin

Biographies des participants

Abstracts

Christiane Demeulenaere-Douyère

‘Le Trocadéro, un palais pour un musée’
Le Musée de l’Homme est l’héritier direct du musée d’ethnographie du Trocadéro, inauguré en 1879, en lien direct avec l’exposition universelle de 1878. Cette exposition est la troisième qui se tient dans la capitale française depuis que la formule « exposition universelle » a été inventée en 1855. Elle offre au public deux clous architecturaux qui vont focaliser toute l’admiration de la presse et des visiteurs : la rue des Nations et la Palais du Trocadéro, construit au sommet de la colline de Chaillot par les architecte Davioud et Bourdais.

Remonter en haut de la page


Pierre Baptiste

Le musée des Religions d’Emile Guimet (1878-1918) : une collection d’idées
Quand il fonde à Lyon le musée dont il rêve depuis plusieurs années, Emile Guimet s’inscrit dans une démarche encyclopédique héritée des Lumières, mais que les progrès des voyages, au 19e siècle ont ouverte au monde entier. Industriel fortuné, adepte du saint-simonisme, Guimet est convaincu que le progrès social passe par une meilleure connaissance des peuples et de leur mode de pensée : « J’ai consulté l’histoire des civilisations, j’ai recherché, dans tous les pays, dans tous les temps, quels hommes avaient voulu faire le bonheur des autres, et j’ai trouvé que c’étaient tous les fondateurs de religions ». Si l’Égypte apporte nombre de réponses à ses interrogations, c’est bientôt l’Orient tout entier qui le passionne. Le voyage qu’il organise en 1876, en compagnie du peintre Félix Régamey, le conduit au Japon, en Chine, en Inde, où il découvre les subtilités du bouddhisme, du shintoïsme, du confucianisme et du brahmanisme. Sous l’égide du ministère de l’Instruction publique et des Beaux-Arts, il mène une étude religieuse au cours de laquelle il acquiert maintes œuvres d’art qu’il destine au musée des Religions édifié dès 1878 à grands frais à Lyon. Mais c’est après le transfert de l’institution toute entière à Paris, en 1889, que le musée d’Emile Guimet prend l’essor dont il rêvait. Le succès est tel que, dans les galeries de style néoclassique, s’entassent bientôt des collections de toutes origines, classées, décrites et publiées avec le plus grand soin. Elles témoignent d’un regard original, à l’origine d’une « collection d’idées ».

Remonter en haut de la page


Table ronde: Histoires de musées d’arts asiatiques, leurs collections et leurs expositions: cas d’études britanniques (présidé par Kate Hill)

Claire Wintle

‘Quelle est la définition de l’ethnographie asiatique? Les ruptures adivasi (indigènes et tribales) de la muséologie britannique, 1850-1950’
Les musées sont célèbres pour leurs tentatives de reconstruire le monde. Au XIXe et au début du XXe siècle, le concept du musée en tant que microcosme mondial s’est concrétisé, avec des dispositions dominées par des arrangements géographiques avec des continents et des pays soigneusement divisés et délimités les uns par rapport aux autres. Les héritages de ces choix d’exposition continuent à être influents aujourd’hui. Pourtant, les hiérarchies scientifiques racialisées et les agendas impériaux de l’Europe du XIXe siècle ont fait de l’Asie (et même des différents pays d’Asie) des endroits difficiles à représenter: les cultures matérielles « modestes » des communautés adivasi (indigènes et tribales) de tout le continent (fermement placé dans le domaine de l’« ethnographie ») ont souvent été perçues comme égarées par rapport à d’autres objets et à des images qui étaient plus généralement définies comme relevant des « Beaux Arts ».
Cet article explore le cas des îles Andaman et Nicobar, deux groupes d’îles qui forment aujourd’hui un territoire de l’Union de l’Inde, mais qui, par leur situation éloignée dans le golfe du Bengale, sont géographiquement et culturellement distincts, à la fois de l’Inde continentale et entre eux. Considérés, dans l’anthropologie du XIXe siècle, comme relevant des peuples les plus « primitifs » du monde, mais constituant néanmoins une partie importante de l’Inde britannique impériale, les peuples indigènes d’Andaman et de Nicobarese ont été soumis à des pratiques de collection et d’exposition particulièrement pernicieuses, discriminatoires et confuses dans les musées britanniques. En analysant l’histoire d’une série de musées nationaux, universitaires et régionaux au Royaume-Uni, on examinera les cadres muséologiques (et autres) d’inclusion et d’exclusion du patrimoine adivasi dans le cadre de “l’Asie”.
Les points de vue officiels des conservateurs britanniques seront pris en considération, mais le rôle de l’interprétation des visiteurs et des réalités concrètes des musées sera également étudié afin d’explorer comment les hiérarchies scientifiques impériales et racialisées ont fonctionné (et ont en réalité échoué) dans la pratique. Cet article examine comment les régions géographiques et ethniques ont été et continuent d’être additionnées et transformées par les musées. Ceci amène également à penser que, pour diverses raisons, les musées – comme les frontières nationales – tentent de contrôler l’histoire.

Wintle_Figure

Postcard of ‘Archaeological Room’, Brighton Museum, c. 1912, where Asian ethnographic collections were included in the comparative displays.

Remonter en haut de la page


Arthur MacGregor

‘Imaginer l’Inde: stratégies de collection et réponses des visiteurs au musée de la Compagnie des Indes Orientales au début des années 1800’
Au cours de sa vie relativement brève, le Musée de l’Inde – fondé à Londres par la Compagnie des Indes orientales au début du XIXème siècle et dispersé quelque soixante-dix ans plus tard – a présenté une variété de visages. Sa raison d’être fondatrice soulignait le potentiel utile, rationnel et commercial des collections. Une des principales sources des objets exposés devait être les activités de la Société et de ses agents dans les enquêtes sur le terrain : « les animaux … ou les produits d’animaux, tout comme les objets de commerce », étaient particulièrement privilégiés, ainsi que des « spécimens de toutes les plantes, les graines et les fruits de l’Asie », en accordant une attention particulière à « ces arbres et plantes dont les produits sont objets de commerce ». La pratique agricole et les industries seraient illustrées à la fois par des produits et par des modèles, tout comme l’architecture. D’une importance moindre étaient les « articles divers », y compris « des curiosités, des cadeaux importants et, en général, des choses qui ne peuvent être classées de manière appropriée sous aucune des autres rubriques ».
Les récits de visiteurs du musée pendant la première moitié du XIXe siècle confirment que beaucoup de ces ambitions ont été réalisées, le seul échec notable ayant été la gestion des milliers de spécimens d’herbiers envoyés par les botanistes de l’entreprise, dont beaucoup ont succombé à l’humidité et aux ravageurs dans des entrepôts et caves inappropriés. Ce qui est frappant, cependant, est l’impact beaucoup plus grand sur le public par les curiosités diverses : il s’agissait des premières expositions de sculptures indiennes vues en Grande-Bretagne, un grand butin saisi dans le cadre de campagnes militaires (notamment à Seringapatam ), et des articles tels que des armes ou des vêtements prisés pour leurs associations historiques, soit avec les héros (ou les méchants) de ces campagnes, soit avec les princes indiens dont le nom commençait à entrer dans la conscience britannique.
La vision du musée et sa réalisation seront comparées et opposées.

Remonter en haut de la page


Sandra Kemp

‘La présentation de l’Inde à l’Exposition de Paris : perspectives des critiques et des conservateurs depuis 1878’
En tant que conservateur du musée de Lahore et directeur du Collège National des Arts, John Lockwood Kipling avait compris l’importance des grandes expositions universelles du XIXe siècle : « those powerfully seductive forms of mass public entertainment and education » (ces manières profondément séductrices de distraire et d’éduquer le grand public). Kipling a contribué à l’organisation et à la conservation de 28 pavillons indiens lors d’expositions dans le monde entier et a utilisé son statut de journaliste pour présenter des perspectives critiques ou portant sur le travail des conservateurs. Ses critiques les plus détaillées furent écrites à propos de l’Exposition Universelle de Paris en 1878. Commentant l’affichage britannique des œuvres dans le pavillon de l’Inde, il a remarqué : « Our India, it must be confessed, makes but a poor figure in comparison; nor is what we show arranged with any approach to the method, lucidity and instructiveness that seem natural to the French”. (Notre Inde, il faut l’admettre, fait pâle figure en comparaison ; rien de ce que nous présentons n’est arrangé avec la méthode, la clarté et la pédagogie qui semblent naturelles aux Français).
Une décennie plus tard en 1887, l’ethnographe, Dr T.E. Hamy, qui avait joué un rôle important à l’Exposition universelle de 1878, en collaboration avec l’archéologue Alexandre Bertrand, directeur du Musée d’archéologie nationale, et qui a participé à l’organisation du Musée Ethnographique des Missions Scientifiques au Musée du Trocadéro, a publié une étude approfondie de l’exposition coloniale et indienne de 1886 qui s’était tenue au South Kensington Museum à Londres. Dans son introduction, Hamy notait : « Aucune des grandes expositions, générales ou spécifiques qui se sont récemment succédé dans les capitales des deux mondes n’a offert aux scientifiques un intérêt comparable à celui présenté par l’Exposition coloniale et indienne au musée de South Kensington à Londres ». L’Exposition Coloniale et Indienne de Londres comprenait une description détaillée des 13 salles de la section indienne de l’exposition. Hamy décrivait également les groupes de personnes formant des scènes vivantes, dont beaucoup avaient été engagées à cet effet par Kipling (Times of India). Comme l’a souligné la conclusion de Hamy, beaucoup d’œuvres d’art et d’industrie dans l’exposition coloniale et indienne étaient « déjà le noyau » d’un musée indien permanent :
« Ce musée permanent sera sans aucun doute avant tout utilitaire. Les hommes qui s’intéressent particulièrement à la science et à l’art y trouveront de nombreux éléments d’étude ».
En s’appuyant sur les évaluations de Kipling et Hamy, cette présentation explorera l’impact des expositions internationales/universelles sur l’acquisition, l’exposition et la réception d’œuvres d’Asie du Sud dans les collections permanentes des musées. Il examinera également la manière dont leurs interprétations reflètent des traditions scolaires nationales contrastées.

Paris Exhibition

View of the Indian Court of the International Exhibition of 1871. Photograph. The British Library Board, Photo 1000/47(4717)

Remonter en haut de la page


Table ronde: Histoires de musées d’arts asiatiques, leurs collections et expositions: cas d’études français (présidé par André Delpuech)

Christiane Demeulenaere-Douyère

L’improbable devenir des collections chinoises de la Mission de Chine (1843-1846)
Alors que la Chine s’ouvre au commerce avec l’Occident à qui elle promet un immense réservoir de clientèle potentielle, le diplomate français Théodore de Lagrené s’engage en 1843 dans un long voyage vers le Céleste Empire. Fait notable : il embarque aussi quatre délégués de l’industrie française, désignés par les chambres de commerce, qui sont chargés de recueillir sur le terrain non seulement des informations commerciales, mais aussi de collecter des matières premières, des produits finis, des outils et des documents. L’un d’entre eux notamment, un rubannier de Saint-Étienne Isidore Hedde, réunit une très importante collection d’échantillons et d’objets en relation avec l’industrie de la soie. À leur retour en France, ces objets donnent lieu à plusieurs expositions publiques à Paris et dans différentes régions séricoles.
Mais l’époque n’est pas encore aux musées d’ethnologie ni aux musées commerciaux. En raison sans doute aussi des difficultés politiques et économiques du milieu du XIXe siècle, le « musée chinois » de la mission de Chine, un temps envisagé par l’administration du commerce, tombe rapidement dans l’oubli. Que faire de ces très volumineuses collections ? Très vite, on oublie l’intention qui avait présidé à leur réunion, d’autant qu’elles focalisent l’intérêt de diverses institutions patrimoniales qui voient surtout aux objets qui les constituent un intérêt esthétique, artistique et culturel. Ces collections sont donc vouées à la dispersion entre des établissements sans liens et sans pratique commune et, peu à peu, s’efface même le souvenir de leur origine commune. La communication traitera de la constitution de ces collections sur le terrain, de leur(s) statut(s) en France et finalement de leur dispersion actuelle.

Remonter en haut de la page


Thierry Zephir

‘Angkor au musée: le destin paradoxal d’une collection d’art asiatique’
Parmi les grands musées d’art asiatique européens, le musée national des arts asiatiques-Guimet abrite le plus important ensemble d’art khmer au monde en dehors du Cambodge. La collection du musée Guimet, en particulier les œuvres originales et les moulages rapportés en France dans la seconde moitié du XIXe siècle par Louis Delaporte et ses collaborateurs.
Au sein d’une scénographie très spectaculaire, ces pièces ont longtemps été visibles dans les galeries du musée indochinois du Trocadéro. A la suite de la fermeture de cette institution, en 1936, les originaux ont rejoint le musée Guimet qui les moulages entamaient une longue errance de réserves en lieux de stockage bien mal adapté à votre nature et à leur fragilité. Sauvés d’une totale destruction à l’instigation de Pierre Baptiste entre 2002 et 2012, ces témoignages uniques et précieux ont fait l’objet d’une exposition temporaire en 2013-2014: Angkor, naissance d’un mythe – Louis Delaporte et le Cambodge.
Organisé conjointement par le Musée de l’Homme-MNHN, le Victoria et Albert Musée et l’Université Paris 10, le séminaire «Muséographie comparée: l’exemple des arts asiatiques», sera l’occasion de revenir sur une aventure muséale aussi originale et novatrice que riche en rebondissements.

Zephir

Légende de l’illustration : Restitution d’une tour du Bayon dans les galeries du musée indochinois du Trocadéro. Tirage à l’albumine sur papier. Début XXe siècle. Archives photographiques du musée national des arts asiatiques-Guimet.

Remonter en haut de la page


Biographies

Pierre Baptiste est conservateur des collections d’Asie du Sud-Est, Musée National d’Art Asiatique – Guimet, Paris. En charge du département d’art du sud-est asiatique du Musée Guimet depuis 1996, Pierre Baptiste est historien et chercheur d’art. Professeur à la faculté d’archéologie de l’Université royale du Cambodge, à Phnom Penh (1998-2002) et à l’Ecole du Louvre à Paris, il a dirigé la rénovation des galeries du sud-est asiatique au Guimet (1996-2001). Auteur de plusieurs essais et articles consacrés aux arts du Cambodge, du Vietnam et de la Thaïlande, il a participé à la direction scientifique des livres dans ce domaine, tels que (Missions archéologiques françaises au Vietnam – 1903-1904, 2005; Catalogue des collections khmères du musée Guimet, 2008). Avec son collègue, Thierry Zéphir, il a organisé des expositions sur plusieurs aspects des arts de l’Asie du Sud-Est, tels que: Trésors d’art du Vietnam – La statuaire du Champa, 2004; Dvâravatî: Aux sources du Bouddhisme en Thaïlande, 2009. Il a organisé une exposition sur Louis Delaporte et la soi-disant redécouverte d’Angkor (Angkor Naissance d’un Mythe – Louis Delaporte et le Cambodge, 2013) et a récemment organisé une exposition avec le Vietnam sur l’iconographie du Dragon (L’Envol du Dragon – Art royal du Vietnam, 2014). Il travaille actuellement sur une exposition sur Emile Guimet, avec Cristina Cramerotti (Enquêtes vagabondes, le voyage illustré d’Emile Guimet en Asie, 2017).

Andre Delpuech : Conservateur général du patrimoine, André Delpuech a été nommé directeur du musée de l’Homme de Paris en avril 2017. De 2005 à cette date, il a été responsable des collections des Amériques au musée du quai Branly-Jacques Chirac. De 1992 à 1999, il a été conservateur régional de l’archéologie de la Guadeloupe, puis chercheur à l’UMR “Archéologie des Amériques”, avant  de diriger, en 2002, le bureau de la recherche archéologique à la sous-direction de l’Archéologie du Ministère de la Culture et de la Communication. Il est actuellement président de la sous-commission Amérique de la Commission consultative des recherches archéologiques à l’étranger du Ministère des Affaires étrangères et européennes. Ses recherches portent plus spécifiquement sur les sociétés amérindiennes des aires caribéennes et amazoniennes, sur l’histoire de la colonisation des Amériques et de l’esclavage transatlantique, mais aussi sur les cabinets de curiosités et l’histoire des musées d’anthropologie et de société.

Christiane Demeulenaere-Douyère est conservateur général (h) du patrimoine et membre correspondant du Centre Alexandre Koyré, à Paris. Responsable de 2000 à 2012 aux Archives nationales des fonds relatifs aux expositions universelles, elle leur a consacré de nombreux travaux, tant sur le plan de l’histoire des techniques et de l’invention que sur celle des relations internationales et des identités nationales dans les expositions. Elle a été commissaire scientifique de l’exposition Exotiques expositions. Les expositions universelles et les cultures extra européennes, France, 1855-1937 (Archives nationales, Paris, 2010) et elle a co-dirigé plusieurs ouvrages : (avec Anne-Laure Carré, Marie-Sophie Corcy et Liliane Hilaire-Pérez), Les expositions universelles en France au xixe siècle. Techniques. Publics. Patrimoines, Paris, CNRS Éditions, Coll. Alpha, 2012 ; (avec Ana Cardoso de Matos et Maria Helena Souto), The World’s Exhibitions and the display of science, technology and culture: moving boundaries, Quaderns d’Historia de l’Enginyeria, Barcelone, 2012, vol. 13; et (avec Liliane Hilaire-Pérez), Les expositions universelles. Les identités au défi de la modernité, Rennes, PUR, Coll. Carnot, 2014.

Kate Hill enseigne histoire à l’Université de Lincoln et a étudié et publié de nombreuses publications sur les musées locaux et régionaux, les collections et les attitudes envers le passé en Grande-Bretagne au XIXe siècle. Ses livres comprennent Culture and Class in English Public Museums 1850-1914 (Ashgate 2005), Museums and Biographies, Boydell and Brewer 2012), et Women and Museums 1850-1914 (Manchester University Press 2016). Elle est co-rédactrice en chef du Museums History Journal et présidente du Museums and Galleries History Group.

Hervé Inglebert est professeur d’histoire romaine à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Il est le chercheur principal français sur la recherche «Histoires universelles et musées universels». Il a publié Le Monde, l’Histoire, Essai sur les histoires universelles (Presses universitaires de France 2014) et il est auteur des nombreuses publications sur l’histoire romaine et l’antiquité tardive, l’histoire culturelle et religieuse, l’historiographie antique classique et chrétienne, et l’epistémologie de l’écriture de l’histoire.

Sandra Kemp est chercheur principal chez V&A et ICL, et chercheur principal sur le projet «Histoires universelles et musées universels». Au cours des quinze années, elle a travaillé dans des universités et des musées, y compris les universités d’Oxford, Glasgow, Édimbourg et Southampton, le Royal College of Art, le Science Museum et la National Portrait Gallery, ainsi que  Smithsonian Institution à Washington DC. Les projets récents incluent «John Lockwood Kipling: art, design et industrie», une collaboration de recherche entre le V&A et le Bard Graduate Centre (New York) et une exposition sur Lockwood Kipling au V&A en 2017. Ce projet a été financé en partie par le British Council pour la recherche comparative en Inde et le Pakistan.

Arthur MacGregor est diplômé en préhistoire européenne à Édimbourg et il a travaillé comme chercheur et directeur adjoint chez York Archaeological Trust; plus tard, il a été conservateur pendant près de trente ans au musée Ashmolean, à Oxford. Sa recherche doctorale (Durham) englobait trois sujets principaux: l’archéologie, l’anthropozoologie et l’histoire des collections. Il a été directeur de British Archaeological Association, directeur de la Society of Antiquaries et vice-président du Royal Archaeological Institute. Actuellement, il est membre de la Linnean Society et de la Society of Antiquaries, et est président de la Society for the History of Natural History. Il a été éditeur fondateur du Journal of the History of Collections, et il a édité et contribué à plusieurs volumes d’auteurs multiples sur des sujets connexes, The Origins of Museum (Oxford, 1985), et plus récemment The Cobbe Cabinet of Curiosities (New Haven et Londres, 2015); il est également rédacteur en chef et co-éditeur du multi-volumes Paper Museum of Cassiano dal Pozzo (Royal Collection). Ses monographies à ce jour incluent Curiosity and Enlightenment (New Haven et London, 2007) et Animal Encounters (London, 2012).

Dr Claire Wintle est senior lecturer dans l’histoire de l’art et du design à l’Université de Brighton, au Royaume-Uni. Ses recherches portent sur les musées, la culture matérielle, l’empire et la décolonisation, en particulier en ce qui concerne l’Asie du Sud. Sa monographie, Colonial Collecting and Display: Encounters with Material Culture from the Andaman and Nicobar Islands (2013), est publié par Berghahn, et elle a co-édité, avec Ruth Craggs (KCL), Cultures of Decolonisation: Transnational Productions and Practices, 1945 -1970 (Manchester University Press, 2016).

Thierry Zéphir est ingénieur d’études au musée national des arts asiatiques-Guimet (MNAAG) et enseignant à l’Ecole du Louvre.

A la suite d’études en Histoire de l’Art sur l’Inde et les pays indianisés de l’Asie à l’Ecole du Louvre et à la Sorbonne, où il a suivi les cours d’Anne-Marie Loth, d’Albert Le Bonheur, de Francine Tissot, de Jean Boisselier et de Madeleine Giteau, il s’est spécialisé dans le domaine des arts anciens de l’Asie du Sud-Est. Le Cambodge est aujourd’hui son domaine de prédilection. Au sein de la section des arts d’Asie du Sud-Est au MNAAG, ses recherches portent plus particulièrement sur la statuaire et le décor architectural khmer. Sous la direction de Pierre Baptiste, dont il est le collaborateur au musée Guimet, il a participé au commissariat de diverses expositions : Angkor et dix siècles d’art khmer (Grand Palais, 1997), Trésor d’art du Vietnam – La sculpture du Champa  (MNAAG, 2005),  Dvaravati, aux sources du bouddhisme en Thaïlande (2009), Angkor, naissance d’un mythe – Louis Delaporte et le Cambodge (MNAAG, 2013). Il a également été l’un des commissaires de l’exposition L’âge d’or de l’Inde classique – L’empire des Gupta (Grand Palais, 2007) et prépare actuellement une exposition transversale sur le Bouddha : Bouddha – La légende dorée (MNAAG, 2019). Auteur de plusieurs ouvrages et articles scientifiques sur l’art du Cambodge ancien, il a co-édité le catalogue des collections khmères du MNAAG avec Pierre Baptiste.

Chiara Zuanni est chercheur à la V & A et l’assistant postdoctoral sur le projet «Histoires universelles et musées universels». Elle a étudié classiques et archéologie à l’Université de Bologne et a un doctorat en muséologie de l’Université de Manchester. Elle a été boursière à l’Institut of Cultural Capital (University of Liverpool et Liverpool John Moores University). Ses recherches passées et actuelles portent sur le rôle des musées dans la construction et la médiation du savoir dans la sphère publique.

Remonter en haut de la page

Advertisements